AccueilPortailRechercherS'enregistrerMembresGroupesFAQConnexion

Partagez | 
 

 Sur un toit perché, deux âmes bourrées

Aller en bas 
AuteurMessage
Kelso
Armure bourmonesque
Armure bourmonesque
avatar

Nombre de messages : 3557
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Dim 7 Aoû 2011 - 18:07

[Début : http://oksana.niceboard.com/t472-rpquand-les-harpies-ne-sont-pas-loin ]


Se tenant légèrement à Amory pour ne pas dire affalé sur lui, il l’entraina vers les grilles de Bourmont où on les laissa entrer dans rien dire, évidement, il faisait partit de la GM pour le moment. Il traversa les jardin en chantant à tut tête, la seconde bouteille terminée, il enchaina avec le troisième. Bien bourré, il stoppa devant l’entrée de la demeure, lieu de tous les supplices et de tristesses finalement. Il se tourna vers Amo en essayant de balbutier quelques mots pour qu’il comprenne, entre deux rires, il arriva à sortir :

Tu sais quoi, regardes où on va aller ! Tout la haut, bien qu’on va rire à faire les cons sur le toit. Je connais l’escalier pour y aller, on va se marrer, ramènes toi.

Le dernier qui arrive en haut, ben il a perdu !! Allez viens s‘pèce de paysan !


Il lui lâcha le bras et partit en courant en riant comme un bossu. Il grimpa deux à deux les marches, fit une pause entre temps et repartit de plus belle, se tournant pour voir si Amo suivait. L’apercevant, il poussa une petite trappe et arriva sur un balcon. L’air lui claqua le visage, il prit une bonne bouffée d’air avant de se hisser sur les toits tranquillement.

Allez viens voir !! C’est super haut, on est trop bien la. J’vais pisser j’crois bien.

Il s’amusa à marcher sur la bordure du balcon, petit pas par petit pas, regardant bien en bas.

Les femmes sont toutes des harpies, ont les déteste ! On serait mieux sans elle, puis de toute façon, elle serve à rien. Même ta femme Amo, je croyais que vous étiez le couple modèle, pff.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amory
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 256
Age : 34
Localisation : Noli oblivisci originis tuae
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Dim 7 Aoû 2011 - 19:03

Vois que Kelso a le diable au corps. Le Duc est complètement bourré et Amory a peur pour lui. Le voila maintenant qui veut monter sur le toit de Bourmont. Jouarre a peur que ça se termine mal, mais il n'a pas le choix. Handicapé par sa canne il va moins vite que le Duc de Champagne.

Il le suit et heureusement son comparse titube ce qui fait qu'il n'a pas trop d'avance.

"Fait attention, tu me fais peur. Mourir pour elle n'en vaut pas le coup. Bien au contraire, il te faut vivre et profiter des joies de la vie. Trouve toi une vrai femme qui sera heureuse du bonheur que tu lui donne et de ta gentillesse. Ma femme n'est pas la pire, trop perfectioniste et peu présente, c'est pas le plus terrible. Elle m'aime au moins."

Il regarda Kelso il venait d'avoir une idée de gênie. Il se pencha légèrement puis vit les beaux massifes de fleurs en contre bas.

"Dis Kel tu en penses quoi si on lui achève ses fleurs en pissant dans la goutière?"

Aussitôt dit aussitôt fait il se met à son affaire dans la goutière en riant comme un gosse. Le but faire rire son copain.
Revenir en haut Aller en bas
Kelso
Armure bourmonesque
Armure bourmonesque
avatar

Nombre de messages : 3557
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Dim 7 Aoû 2011 - 20:07

Je te fais peur ? Mais pourquoi, je suis libre, tu devrai être ravi pour moi et non pas avoir peur. Je ne vais pas me tuer pour ça. Pas pour le moment en tout cas … J’y songerai quand j’aurai la tête toute à moi.

Il rit et regarda son ami avoir quelque chose qu’il aurait faire depuis bien longtemps. Il se tourna vers le vide, regarda vers le bas et repéré un super buisson en contre bas. Up, ni une ni deux, il sortit son instrument et se soulagea tranquillement en tentant tant bien que mal à viser. Une fois terminé, il se rhabilla et se mit à donner des coup de pied dans la gargouille qui avait l’audace de le regarder.

J’ai plus à boire Amo, passe moi ta bouteille au lieu de tout garder pour toi. J’ai grande soif et j’ai le gossier sec comme jamais. Ta femme t’aime, ton fils t’aime, ta ville t’aime, tu es un grand homme, moi je te le dis, un grand comme jamais. Moi, je crois que tu devrais devenir Duc.

Puis aussi, je crois que tu devrais me prendre dans ta liste et que tu me fasses devenir baron ! Baron Kelso le bel, ca sonne vachement bien !


Il s’arrêta et regarda le vide Il continua de faire l’andouille sur le rebords et regarda Amo en coin Peut être bien que le seule solution, c’était la plus simple. Il fit exprès de déraper et de tomber. Il trébucha, se cogna la tête contre le rebord et se rattrapa à la bordure, pied pendant dans le vide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amory
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 256
Age : 34
Localisation : Noli oblivisci originis tuae
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Lun 8 Aoû 2011 - 16:52

Ben voila cet abrutios desespéré venait de tomber. Amory alla vite l'aider. Bourré comme il était il allait se tuer. Ca ne manqua pas. Le Kelsounet à force de gesticuler se retrouva pendu à la goutière à brailler comme un goret. Amory du se mettre à plat ventre et lui tendre ses mains pour l'éviter de tomber.


"Nan mais je te jure toi..... Tu en rate pas une. Regarde dans qu'elle ambrouille tu t'es collée encore. Des baffes, y a des baffes qui se perdent. Accroche toi abrutios, tu crois que je suis jeune et que je mérite de devoir me coucher sur un toit? C'est bien parceque c'est toi et que cette harpie t'a fait souffrir que je le fait. Allez accroche toi fait un effort je suis pas hercule va falloir y mettre du sien non de non."


C'est qu'il était tout rond le Duc et pesait son poid. Amory hésita deux secondes avant de lui dire reparler du prix de la jument qu'il avait du baissé de 500 écus rien que ça. Après tout il était en position de force pour le faire mais l'amitiée n'avait pas de prix.
Il préféra donc ne pas en parler mais il lui fallait de l'aide. Il se mit donc à hurler tout en tenant le poids mort à la force des bras.


"Qu'on arrive, qu'on se presse. Le petit Goret Kelsounet est en train de sécher en haut de la goutière. A l'AIDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE."
Revenir en haut Aller en bas
hersent
Infirmière presque sexy
Infirmière presque sexy
avatar

Nombre de messages : 2961
Date d'inscription : 27/12/2010

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Mar 9 Aoû 2011 - 1:00

Hersent était tranquillement installée dans ses appartements après une longue journée de travail aux douanes puis un passage éclair à la caserne. Elle était en train de rédiger une lettre peu aimable à l'attention d'Aoshi qui risquait fort de se retrouver avec un procès militaire au derrière s'il ne répondait pas à la missive qu'elle écrivait.

La soirée était bien avancée, elle avait laissée la fenêtre de sa chambre ouverte afin de profiter de la fraîcheur vespérale et du chant des sauterelles et autres petits cri-cri des jardins.

Elle prenait un peu de repos, sirotant une tisane à la lavande lorsqu'elle entendit des pas dans le lointain accompagnés de ce qui lui semblaient être apparentés à des braillements masculins. Qui cela pouvait-il bien être? Forcément quelqu'un que Cortès connaissait...les seuls hommes à venir ici étaient le Duc, Nono, Ptifou et Galea. Les trois derniers étant absents de Bourmont en ce moment...restait...le Duc! Accompagné en plus...par qui?? Bah, ce n'était pas ses affaires...aussi se replongea-t-elle dans son courrier, avalant quelques gorgées de son breuvage favori.


[plus tard, se préparant à aller au lit...]

Non mais??? C'était quoi ce bazar dans les escaliers? Et ces cris étouffés...comme si un groupe de gamins en goguette se faufilaient en douce pour ourdir quelques bêtises inavouables. Seulement...point de gamins à Bourmont en âge de faire les imbéciles à une heure indue.
Un peu agacée par le bruit qui heureusement s'éloignait, elle reprit sa toilette: elle avait dénoué ses cheveux et était en train de les coiffer longuement. Le bruit soyeux des dents de la brosse dans sa chevelure apaisait ses nerfs.

Soudain, elle tendit l'oreille: le bruit de pas venait d'en haut....sur le toit! Que se passait-il non d'un petit bonhomme de bois! Ni une ni deux, elle enfila une veste sur sa chemise, prit ,au cas où, son épée à la main et sortit sur le palier écoutant la provenance des pas. Il y en avait un qui boitait et marchait plus lentement...et une effluve d'alcool vint titiller son odorat. Des hommes ivres se baladaient dans la maisonnée! Finalement, elle reposa son épée et s'équipa d'un bâton. Machinalement, elle embarqua sa mallette d'herboriste.

Elle suivit les bruits étouffés jusqu'à une petite porte d'où montait un escalier vers les combles. Elle entreprit l'ascension et se retrouva, après bien des marches à grimper, devant une autre porte entrouverte qu'elle poussa doucement. Une sorte de grenier vide puis une autre porte ouverte et des voix masculines qu'elle reconnaissait: Le Duc et sa Grâce Amory! Elle traversa le plus silencieusement possible la pièce, parvint à la porte où un spectacle pitoyable l'attendait: Kelso en train de se soulager perché sur le rebord du toit, le duc de Jouarre en retrait qui semblait être inquiet. Au moment où elle se décidait à leur faire savoir qu'elle était là, elle vit, horrifiée, Kelso en équilibre sur une ligne de toit, trébucher et basculer et...se cogner lamentablement la tête en se rattrapant à une bordure. C'est qu'elle avait failli avoir peur...et elle n'avait pas fini d'avoir peur: le duc de Jouarre s'était mis à plat ventre pour récupérer le Kelso qui venait de piquer une tête dans le vide. Ils avaient décidé de faire les pires bêtises du monde!
Elle se précipita vers sa Grâce Amory quand elle l'entendit hurler au secours, laissant choir son bâton et sa malette:


J'arriiiive! Je suis là! Tout va bien...tout ira bien. Attendez, je vous aide. Non mais, dans quel pétrin vous êtes vous mis tous les deux? Du grand n'importe quoi, vraiment.

Elle se pencha pour prendre les bras de Kelso, banda toutes ses forces et le hissa vers le haut en ahanant et en pestant contre leur idiotie de mâles embrumés par l'alcool.

Votre Grâce, si vous pouviez vous remettre debout ce serait plus facile pour hisser notre Duc de Champagne et le mettre hors de danger. Allez à 2 on tire fort vers nous: 1...2...ho hisse, ho hisse.
Ben voilàààà, on aperçoit la jolie chevelure bouclée du duc! Encore un effort et on verra sa barbe puis son corps et enfin on le récupère en entier.


Après quelques efforts dantesques, le duc de Jouarre et elle parviennent à récupérer le duc de Champagne, sain et sauf...et elle n'a qu'une envie, celle de les réprimander comme des garnements.

Non mais dites donc, vous deux!!!! Que faisiez-vous ici? A brailler et à boire comme des mauvais garçons? Vous cherchiez à réveiller toute la maison? Et que faites-vous du repos de la Vicomtesse...et du mien par la même occasion? Vous avez-vu l'heure en plus?
Votre Grâce, vous avez failli vous tuer en faisant le pitre sur la bordure! Ne niez pas, je vous ai vu! Et vous, votre Grâce Amory de Jouarre, pourquoi avez-vous cautionner cette idée idiote de promenade sur les toits? Au risque de vous tuer aussi en glissant!
Un comportement de garnements, voilààààà, de vrais garnements!

Revenir en haut Aller en bas
Kelso
Armure bourmonesque
Armure bourmonesque
avatar

Nombre de messages : 3557
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Mar 9 Aoû 2011 - 20:37

Il essaya de mettre tout son poids afin de faire lâcher prise à Amo, qui, pour un boiteux, avait pas mal de force le bougre. Il essaya de se débattre mais il tapa dans le vide, ne frôlant que légèrement le visage de Jouarre. Il espérait qu’il le lâche et qu’il serait libéré, enfin libre ! Alors qu’il sentait sa main glissée, il se mit à sourire d’espoir mais pour très peu de temps puisqu’il se sentit attiré vers le haut comme par enchantement. Amo était un sur-homme ou pas assez bourré en fait.

Il aurait du le saouler encore plus, il avait bien trop de réserve pour le laisser s’envoler comme ça. Idiot d’ami va. Il l’insulta intérieurement et devient encore plus rouge quand il aperçut la tête d’Hersent arriver à la rescousse. Même pour mourir, on ne peut pas être tranquille, c’est dingue tout ça. Alors qu’il fut remonté contre sa volonté, il resta bien affalé sur Amory qui était bon siège finalement. Il se gratta la tête en la regardant, quel châtiment pour elle ? Il n’écouta strictement rien de ce qu’elle pouvait dire, juste il percuta qu’elle venait de hausser la voix sur eux.

Là, il se décala d’Amo, se releva en titubant et tendit la main à son ami pour l’aider à se relever aussi. Puis, d’un simple regard, il essaya de luis faire comprendre qu’il allait passer ces nerfs sur elle et qu’un coup de main serait le bien venu !


Oh toi, ca va. Ca se voit bien que tu es une femme, toujours en train de râler et de faire des remontrances pour tout et rien. Nous ne faisons rien de mal, personne ne t’a demandé de venir vous déranger, on était entre hommes en train de déblatérer des horreurs sur les femmes mais puisque tu es la, tu vas me servir à un passage de nerf dans les règles.

Elle avait dit oui, et maintenant, je l’ai laissé toute seule. C’est de ta faute tout ça, tu as tout fait foiré, je suis sur que tu lui as dis plein de mauvaises choses sur moi et sur Amo. Je vois ton œil perfide tu sais, je sais que tu nous a critiqué !! Alors maintenant, tu vas nous laisser, on va continuer à danser, à chanter des louages sur nous les hommes, pendant que tu iras, ben je ne sais pas moi !

Hein Amo ? Hein qu’on va continuer tous les deux. Dis que jamais tu ne me laisseras comme ça ? Tout seul ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Amory
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 256
Age : 34
Localisation : Noli oblivisci originis tuae
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Sam 13 Aoû 2011 - 18:16

ben voila manquait plus qu'une dinde pour venir les aider. Elle les regardait avec ses deux billes noires qui lui servait de n'yeux et ce qui devait arriver arriva, la dinde était une dinde chef qui donnait des ordres.

"Pis quoi encore je dois me relever. Nan mais c'est pas une faible femme qui va m'aider, nan mais. Même pas sur que vous puissiez lever une balle a linge avec vos ti bras freluquets. Hips.... pis on est pas dans l'pétrin mais dans la merdasse et tout ça à cause d'une femme, que dis je pas une femme, une harpie, une sans coeur."

Il réussit avec l'aide de Hersent a relever le Duc, qui a peine remit sur pied sans pris à la pauve jeune femme.

Citation :
Elle avait dit oui, et maintenant, je l’ai laissé toute seule. C’est de ta faute tout ça, tu as tout fait foiré, je suis sur que tu lui as dis plein de mauvaises choses sur moi et sur Amo. Je vois ton œil perfide tu sais, je sais que tu nous a critiqué !! Alors maintenant, tu vas nous laisser, on va continuer à danser, à chanter des louages sur nous les hommes, pendant que tu iras, ben je ne sais pas moi !

Hein Amo ? Hein qu’on va continuer tous les deux. Dis que jamais tu ne me laisseras comme ça ? Tout seul ?


Il était pas vraiment d'accord avec Kelsounet mais bon vu son état au pauvre Duc de Champagne il ne fallait pas trop le contrarié.

"Oui on va continuer, on va aller voir ses fleurs en bas et décaptier tous ses massifes de toute façon elle a pas su t'apprécier alors elle connait rien aux belles choses. T'es cro beau pour elle, elle est vieille et moche, elle a pas de gout. Pis nan je te laisserais pas tomber t'es mon pote à moi , rien que mon pote à môa. Bon Hersent du vent on a des fleurs a traiter avec autant d'amour qu'elle a traité mon copain la suzeraine."
Revenir en haut Aller en bas
Kelso
Armure bourmonesque
Armure bourmonesque
avatar

Nombre de messages : 3557
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Dim 14 Aoû 2011 - 14:34

Alors que Amo tentait de lui remonter le moral comme il pouvait, Kels se demanda comment remonter son moral à lui. Il pouvait faire le bon ami, prêt à écouter mais le Duc savait parfaitement que Jouarre avait lui aussi des choses sur le cœur. Il écouta d’une oreille discrète pendant qu’il commença à refaire l’andouille sur le rebords du toit. Il grimpa s’y prenant à plusieurs fois, et ferma les yeux, bras tendus pour tenir l’équilibre et commença à avancer par petits pas. Le vent lui claqué sur le visage qu’il en finit par en pleurer.

Il se mit face au vide un instant, regardant en bas. La seule chose qui lui passa par ma tête était de savoir où Est-ce qu’il atterrirait si jamais il chutait. Avec un peu de chance, il tomberait sur ce magnifique buisson, à côté des rosiers. Même, des membres en moins, il était certain que la harpies ne ferrait pas attention à lui … il finit par rigoler à cette pensée.

Il farfouilla dans ces braies pour recommencer à se vider sur les fleurs en contre-bas. Il basculait très légèrement sur un côté, puis se rhabilla l’air de rien. Il ne daignait plus parler à quiconque hormis Amory. Il s’approcha de lui, et lui sauta sur le dos, s’accrochant comme il pouvait à sa chemise.


Tais toi femme ! Mon ami et moi-même avons grand-soif et tu es sur le chemin du retour. Alors pousse toi sinon on te fais passer par-dessus, direct dans le buisson. Amo, en avant mon ami, la cave nous attends, j’ai tout plein de bouteille qu’on va pouvoir s’enfiler puis pour être tranquille sans ces femmes, on ira dans ma chambre.

En avant messire le Duc, on doit faire la fête !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
hersent
Infirmière presque sexy
Infirmière presque sexy
avatar

Nombre de messages : 2961
Date d'inscription : 27/12/2010

MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    Dim 14 Aoû 2011 - 15:31

Ouf, le Duc était sauvé, sa Grâce Amory et elle avaient réussi à le hisser sur le toit. Malgré son soulagement, elle les avait rouspétés en élevant la voix à la hauteur de sa peur.
Tout ce qu'elle récolta fut une invective violente de la part de Kelso qui pour le coup brocardait les femmes...comme si elles étaient toutes à mettre dans le même panier, enfin, bref, elle laissait la colère ducale glisser sur elle...elle avait l'habitude de ses sautes d'humeur et de ses cris. Mais la coupe fut pleine quand le duc de Jouarre en rajouta une couche, la moutarde commença à lui monter au nez, elle s'adressa au Duc qui ne trouvait rien de mieux que de se balader en équilibre sur le rebord, au risque d'une chute mortelle, en elle-même elle pria pour qu'il revienne sur le toit, elle n'avait pas envie d'aller récupérer les morceaux du corps ducal en bas!


Citation :
Elle avait dit oui, et maintenant, je l’ai laissé toute seule. C’est de ta faute tout ça, tu as tout fait foiré, je suis sur que tu lui as dis plein de mauvaises choses sur moi et sur Amo. Je vois ton œil perfide tu sais, je sais que tu nous a critiqué !! Alors maintenant, tu vas nous laisser, on va continuer à danser, à chanter des louages sur nous les hommes, pendant que tu iras, ben je ne sais pas moi !

Tais toi femme ! Mon ami et moi-même avons grand-soif et tu es sur le chemin du retour. Alors pousse toi sinon on te fais passer par-dessus, direct dans le buisson. Amo, en avant mon ami, la cave nous attends, j’ai tout plein de bouteille qu’on va pouvoir s’enfiler puis pour être tranquille sans ces femmes, on ira dans ma chambre.


Alors là...ce sont les pires âneries qui m'ont été données à entendre depuis longtemps! Comme si ça me ressemblait de dire ou de faire ce genre de choses...je pensais que vous me connaissiez mieux que cela Vostre Grasce. Et puis je me tairai si je veux, non mais! Ce n'est pas parce que vous êtes le Duc de Champagne que vous avez le droit de me dire des horreurs ou de me menacer et d'une! Et de deux, oui, je vais vous laisser tranquilles, terminer votre soirée d'ivresse, mais seulement quand vous serez en sécurité loin du toit, pas avant! Et de trois, j'espère que quand les brumes de l'alcool se seront dissipées vous aurez grand honte de votre comportement se tournant vers le duc de Jouarre tout comme vous d'ailleurs!

Elle fit semblant de ne pas voir le Duc arroser sauvagement les buissons de roses en bas mais était malgré tout prête à intervenir s'il venait à basculer. Quand elle le vit revenir auprès du duc de Jouarre, elle respira plus tranquillement. Elle leva les yeux au ciel en voyant Kelso s'accrocher au dos du duc de Jouarre à qui elle chuchota :

Vostre Grasce, faites en sorte qu'il ne lui arrive rien de fâcheux. Au moindre problème ingérable, appelez-moi, vu la tournure des évènements, je n'arriverai pas à m'endormir. Aidez-le à recoller les morceaux, je n'aime pas le voir désemparé ni désespéré.

Elle s'effaça devant les deux Grasces complètement ivres, enfin l'une d'entre elles était nettement moins ivre que l'autre, les laissant descendre continuer leur beuverie...à croire que les hommes ne trouvaient le moyen de digérer leurs malheurs qu'en s'enivrant. Elle leur lança, mi-amusée, mi-agacée:

Vos Grasces....de grâce, sachez respecter les sublimes crûs de la cave de Bourmont, en les dégustant tout en vous enivrant. Et ne venez pas pleurer si vous avez une gueule de bois à vous faire crever demain!

Une fois les deux Grasces ivres parties, elle ferma la porte à clef, histoire qu'ils ne leur reprenne pas l'envie d'aller à nouveau danser sur le toit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur un toit perché, deux âmes bourrées    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur un toit perché, deux âmes bourrées
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Au fond du parc, deux nobles, un duel….
» Deux chatons à donner
» blague a deux balles !!
» Lapin bourré ????
» Besoin d'une escorte de deux personnes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La demeure solitaire  :: La demeure d'Oksana :: Les salles publiques-
Sauter vers: